Merci le chat !

C’était il y a quelques jours, le 31 décembre.

L’un de mes chats me ramène une souris devant mes pieds.

Quel beau cadeau pour terminer l’année, merci le chat !

Je constate que la souris vit toujours et qu’elle ne saigne pas. Elle est totalement inconsciente, en état de choc, alors je la mets dans un petit terrarium, avec un peu de copeaux, à boire, à manger, une cachette.

Elle commence à bouger.

Elle traîne les deux pattes arrière, vraisemblablement abîmées par mon adorable tortionnaire.

Si la souris parvient à récupérer un usage satisfaisant de ses pattes, je la relâcherai dans un champ. Sinon, je la garderai en sécurité.

Malheureusement, le lendemain, à la faveur d’une sortie dans mes mains, elle parvient à sauter et à se cacher sous un meuble.

Je déplace le meuble pour la rattraper.

Mais elle avait glissé sa queue dans le fin interstice séparant le meuble et le sol.

Dans un couinement aigu, je lui écrabouille la queue, qui, cette fois, est cassée en deux et saigne.

Je remets la souris dans son terrarium pour qu’elle reprenne ses esprits, car je dois sortir quelques minutes récupérer les enfants au sport.

Je demande à Karine de me trouver pendant ce temps du désinfectant et un pansement. J’oublie de lui dire de ne pas toucher toute seule à la souris : elle saute et peut courir vite !

Quand je suis revenu, Karine avait voulu procéder aux soins et évidemment, le rongeur en panique avait à nouveau sauté et s’était caché sous un canapé.

Plus question cette fois de déplacer un meuble…

C’est Dolma, notre deuxième chat, qui, dans la soirée, nous la ramènera, complètement groggy !

Désinfectant, pansement, petite cabane, mise au calme.

Deux jours après, elle est morte.

Manifestement, malgré ma bonne volonté, j’ai foiré mon sauvetage.

Mais vais-je cesser les tentatives de sauvetages animaliers pour autant ?

Certainement pas.

Je m’y prendrai différemment bien sûr, car on apprend de ses erreurs.

Mais mes erreurs ne me feront pas abandonner ce que je considère être le bien.

Je ferai d’autres erreurs. Parce qu’on rencontre rarement strictement la même situation.

Mais soit je laisse mes erreurs me paralyser et m’empêcher d’agir, soit je m’en sers pour me tromper un peu moins la prochaine fois.

God bless,

Pascal


PS : Tu souhaites recevoir la pensée de Pascal par email chaque matin ? Inscris-toi ici >>

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s