Un peu plus haut que leur derrière…

Un peu plus haut que leur derrière…

L’Epître aux Romains, elle est sympa.

Elle s’appelle “Epître de Paul aux Romains”, mais elle aurait presque pu s’appeler “Epître d’Obélix aux Romains”, parce qu’en la lisant, on se prend deux cents claques à la minute.

Et donc entre deux claques, je fais une pause sur un petit passage (chapitre 2 : 25-28) :

“La circoncision est utile si tu mets en pratique la loi ; mais si tu transgresses la loi, ta circoncision devient incirconcision. […] L’incirconcis de nature, qui accomplit la loi, ne te condamnera-t-il pas, toi qui la transgresses, tout en ayant la lettre de la loi et la circoncision ? Le Juif, ce n’est pas celui qui en a les apparences ; et la circoncision, ce n’est pas celle qui est visible dans la chair.”

On évite d’emblée de visualiser, parce qu’à vrai dire, des circoncisions visibles dans la chair, j’en ai pas vu des masses (de chair). Bref…

Tenons-nous en donc à la paraphrase :

Tu peux te dire chrétien à condition de chercher vraiment à suivre le Christ. Mais si tu n’obéis à pas à Christ, pas la peine de te dire chrétien. Le non-chrétien, qui agit en chrétien, n’est-il pas en mesure de te reprendre, toi qui ne respectes pas les commandements de Jésus tout en te disant chrétien ? Le chrétien, ce n’est pas celui qui va à l’église et qui a tout le cursus qui va bien.”

Et là, je dis un grand BOOOOOOOOM !

Toutes ces fois où j’ai jugé des gens qui, se disant chrétiens ou non, n’avaient pas leur vie bien réglée. Ces couples qui n’étaient pas mariés mais qui avaient pourtant tellement à m’apprendre sur le couple. Ces athées qui donneraient leur chemise pour aider leur prochain. Ces musulmans qui ont des choses à me dire sur la fraternité. Ces homosexuels qui m’enseignent à ne pas m’arrêter aux apparences. Ces alcooliques qui ont une vraie expérience sur les relations humaines.

Celui qui est athée, de culture musulmane, homosexuel, en couple non marié et alcoolique, décroche le pompon. 

OK, au sens biblique, tout n’est peut-être pas “en règle” dans leur vie.

Dans la mienne non plus d’ailleurs.

Mais, sur un domaine ou sur un autre, ils peuvent me reprendre, m’inspirer, me parler, m’enseigner.

Trop de chrétiens (et c’est parfois mon cas) pètent un peu plus haut que leur derrière, estimant que, parce qu’ils connaissent (plus ou moins) la Parole, pas de n’importe qui, mais de Dieu, cela leur confère une certaine hauteur sur les autres.

Il existe une forme d’arrogance chrétienne en effet, qui contraste avec l’humilité que Christ nous demande.

Avoir autorité, prendre autorité parfois, n’est pas incompatible avec une humilité authentique !

Vivons-là.

Et acceptons la leçon, d’où qu’elle vienne.

Dieu n’est pas limité pour ne parler qu’au sein de notre communauté chrétienne !

God bless,

Pascal

La Bible est claire ! Vraiment… ?

La Bible est claire ! Vraiment… ?

C’est l’histoire d’un soldat…

… qui, animé par sa foi, a refusé de porter les armes tout en devant aller au combat. Moqué et humilié par ses frères d’armes, il est devenu un héros en sauvant des dizaines de blessés du champ de bataille.

Cette histoire est racontée dans le film “Tu ne tueras point”.

Lorsque ce film est sorti il y a 3 ans, j’avais eu envie d’interviewer Pierre, un de mes amis militaire et chrétien. Pour lui, la foi n’est pas incompatible avec le port des armes. Il se dit prêt à ôter une vie (de préférence pas la mienne, merci).

Les deux lectures de la Bible semblent valides. Qui a raison ?

Si l’un dit “la Bible est claire !” et que le défenseur de la position opposée dit “la Bible est claire !”, alors peut-être que la Bible n’est pas si claire !

“Fumer ? Boire de l’alcool ? La Bible est claire !”

“Pratiques sexuelles, masturbation, homosexuel et chrétien ? La Bible est claire !”

“Alliances avec des pratiquants d’autres religions ? La Bible est claire !”

“Immigration, accueil de l’étranger ? La Bible est claire !”

“Utiliser tel ou tel style musical pour louer Dieu ? La Bible est claire !”

“Préserver l’environnement ? La Bible est claire !”

“Des femmes qui prêchent ? La Bible est claire !”

“L’organisation des églises ? La Bible est claire !”

“Tatouages, piercings ? La Bible est claire !

La Bible est claire dans un sens pour les uns.

Elle est claire dans l’autre sens pour les autres…

On aimerait tellement que la Bible nous dise “c’est comme ça et pas autrement”, sans discussion possible. Que pour tous les sujets, la même position non-équivoque soit tenue dans la Genèse et dans l’Apocalypse.

Si possible aussi dans un psaume ou deux en plus, et un prophète. Et si Jésus pouvait l’avoir souligné dans chacun des évangiles, et que Paul en avait rajouté une couche dans deux ou trois épîtres, ce serait parfait.

Mais si, pour tant de sujets,…

…la Bible n’est pas si claire, ce n’est sans doute pas pour rien…

Libre-arbitre, cultures, compréhensions, interprétations, histoires personnelles, traumatismes, traditions… Je ne dis pas que toutes les interprétations se valent et que certains ne disent pas des âneries grosses comme une montagne.

Mais cette diversité devrait nous inviter au défi de l’unité, de l’écoute, de l’empathie, de la maîtrise de soi, de la patience, de la sagesse et de quelques autres vertus qui facilitent bien les relations humaines pendant notre vie terrestre.

Certainement l’un des bénéfices collatéraux d’une lecture éclairée de la Bible ?

God bless,

Pascal

Ta nouvelle garde-robe est juste là !

Ta nouvelle garde-robe est juste là !

Tu connais l’histoire de Pierre ? L’Apôtre Pierre ? Saint-Pierre ?

Arrête-toi un instant sur un épisode lamentable de sa vie : quand Jésus est au fond du trou, lui qu’est-ce qu’il fait ? Il s’acharne à le renier, en mode “euh… non, je sais pas qui c’est…”.

Lui qui avait marché avec lui pendant trois ans, ils avaient vécu ensemble des aventures complètement dingues. Il était arrivé à marcher sur l’eau (quelques secondes), à voir des multiplications de pain, des guérisons, des résurrections.

La loose totale. Après un truc comme ça, t’ose pas te regarder dans une glace et tu veux te faire oublier au moins pour les vingt-cinq prochaines années.

Mais c’est pas comme ça que ça s’est passé.

Deux mois à peine après sa brillante démonstration de poltronnerie, on retrouve notre Pierre. Ou plutôt un autre Pierre.

Prends tout à l’heure 10 minutes pour lire le livre des Actes, les chapitres 2 à 6.

Il prend autorité. Il parle cash à la foule. Suite à son premier discours, 3000 personnes sont gagnées à l’Eglise naissante. Beau score, sans haut-parleurs ni écrans led…

Il croise une personne handicapée, il la guérit direct.

Il se fait arrêter une première fois, ça ne l’empêche pas de continuer à rester droit dans ses bottes et de bluffer ceux qui venaient l’accuser : “Lorsqu’ils virent l’assurance de Pierre et de Jean, ils furent étonnés, sachant que c’était des hommes du peuple sans instruction. […] Mais, […] ils n’avaient rien à répliquer.” (Actes 4:12-13).

La peur a changé de camp, les autorités se disent que stratégiquement, il vaudrait mieux le laisser partir. Mais parce qu’ils sont les chefs, ils lui interdisent quand même de continuer à parler.

Réponse de l’intéressé : “Jugez s’il est juste, devant Dieu, de vous obéir plutôt qu’à Dieu”.

Traduction non-officielle : “Hein ?”

Alors tous les malades se pressent sur son passage, espérant que son ombre suffise à les guérir. Et il les guérit tous ! Pas un sur deux. Tous ! (Actes 5:12-16). Un truc de malade. Enfin, d’ex-malades.

Il se fait arrêter à nouveau avec ses amis, ils commencent à chauffer les oreilles des autorités, qui montent d’un ton et les font battre (charmante pratique). Leur réaction ?

Ils sont “joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus” (Actes 5:41)

Boum !

Et l’histoire continue encore comme ça.

Le pleutre est devenu un leader qui connaissait sa mission, son couloir, son autorité.

Il ne s’en en est pas tenu à son héritage de “marin-pêcheur de père en fils depuis douze générations”. Il ne s’est pas laissé couler par l’épisode où il a manqué de se noyer après avoir marché sur l’eau. Il n’est pas resté dans le déshonneur d’avoir trahi Jésus, Sauveur de l’humanité (rien de moins).

Il n’a même pas demandé à Matthieu, Marc, Luc et Jean d’effacer de leurs écrits ces passages peu reluisants de son histoire.

Il s’est laissé habiter par le Saint-Esprit et par sa nouvelle mission.

Et il est encore aujourd’hui l’une des figures majeures que le monde ait connu.

Ton histoire est toujours là. Elle peut être secrète ou connue de tous. Ton tempérament passé, tes agissements, tes (petites ou grosses) erreurs, tes peurs, tes blessures,… OK, tout cela a existé.

Mais le moment n’est-il pas venu de décider de revêtir tes nouveaux habits ? Ils n’attendent que toi.

Réfléchis-y, vite…

God bless,

Pascal

Les livres qui traitent de la Bible, il y en a un peu trop !

Les livres qui traitent de la Bible, il y en a un peu trop !

Es-tu déjà entré dans une librairie chrétienne ?

As-tu vu le nombre de titres qui traitent plus ou moins de la Bible ?

Des ouvrages autour de la Bible, il en existe, je n’ai pas compté, des milliers. Des dizaines de milliers si on inclut tous ceux qui sont épuisés.

Des auteurs, des penseurs, des dessinateurs, des scénaristes, des théologiens, des témoins de toute sorte, des romanciers. Tant de monde a voulu prêter sa plume pour dire quelque chose au sujet de la Bible !

Et si tant de monde a quelque chose à en dire, ce n’est sans doute pas pour rien !

D’abord, la Bible est tellement riche !

Toutes les bibliothèques du monde ne suffiraient pas à en faire le tour !

Et puis… autant de personnes, autant d’expériences différentes. Quand on a vécu quelque chose, qu’on s’est laissé toucher par le message de la Bible, alors on veut le partager. Et certains le font par l’écriture.

N’est-ce pas un privilège de disposer d’autant de ressources ? De pouvoir bénéficier de l’expérience et des recherches des autres pour enrichir son propre cheminement ?

En d’autres lieux, d’autres époques, personne n’oserait rêver d’avoir toute cette offre à portée de main !

La marketplace eXcaléo est conçue pour que nous puissions nous nourrir de l’expérience des autres. Profitons-en !

God bless !

Pascal

Il n’avait rien pour attirer les regards…

Il n’avait rien pour attirer les regards…

Je n’ose pas le dire. On me croirait sans coeur (ce que je ne suis pas).

Pendant plus de 10 ans, je me suis occupé de la sélection des CD pour Séphora Musique.

Avec mes collègues, je recevais des centaines, des milliers de propositions d’artistes chaque année. Ils nous envoyaient leur CD, on écoutait, et on décidait de ce qu’on voulait distribuer ou non. C’était du temps où nous faisions encore des catalogues papier. 

On commence à se faire une idée d’un CD rien qu’en regardant sa pochette.

Plus d’une fois, j’ai soufflé en voyant ce qui m’arrivait.

Parfois, parce que le contenu musical était vraiment à l’image du visuel. C’est-à-dire… comment le dire sans être offensant… tu m’as compris.

Ceux-là, je les recalais direct. Après écoute, bien sûr.

Et puis parfois, je soufflais parce que l’artiste tenait absolument à cette couverture franchement mauvaise, alors que le contenu musical était excellent. Mais c’était trop tard, il avait déjà fait fabriquer les CD.

Alors je référençais quand même l’album, parce qu’il était de qualité. Mais j’usais de quelques artifices pour “cacher la misère” dans le catalogue : je veillais à ce que le visuel ne soit pas trop gros, je demandais au graphiste d’ajouter un picto par-dessus, je mettais en valeur une photo d’illustration.

Pour les livres, c’est pareil. Parfois, des livres vraiment bons sont flingués par une couverture mauvaise. Les éditeurs le savent : en changeant la couverture, ils peuvent redonner une nouvelle jeunesse à un bouquin que personne ne voulait.

Et tu sais quoi ?

C’est pareil pour les gens. On se fait une idée d’eux rien qu’en les voyant. Un physique disgracieux abrite parfois un coeur d’or. 

Heureusement que Dieu ne nous juge pas à notre physique.

Alors, si j’ai un petit conseil à te donner, quand tu visites les pages de livres présentés sur eXcaléo, prends la peine d’aller au-delà de la couverture. Les mines d’or se cachent parfois derrière de vieux cailloux moches…

Bonne visite,

God Bless,

Pascal

La Bible vs Le Journal de Mickey

La Bible vs Le Journal de Mickey

C’est sûr, le Journal de Mickey, Picsou Magazine et autres BD Disney ont la cote.

Mes enfants aiment. J’ai beaucoup aimé aussi à leur âge (et il m’arrive de temps en temps de les leur piquer).

Les histoires sont marrantes. Les dessins sont sympas.

Mais tu sais quoi ?

Ces histoires-là, c’est du consommable. Un numéro chasse l’autre. Une histoire chasse l’autre. Et à peine le temps de tourner la page, l’histoire est déjà oubliée.

Quand un enfant lit une histoire dans une Bible pour enfants,

il retrouvera la même histoire dans ses lectures d’adolescent. Il lira encore cette histoire en méditant la Bible. Il pourra peut-être revoir encore l’histoire dans un film biblique. Cette même histoire aura inspiré un roman, une peinture, une sculpture. Une histoire, mille approche.

Lire une histoire de la Bible à un enfant, c’est déjà le préparer à s’éveiller au monde. A s’imprégner d’une culture artistique. A saisir les grands repères structurants de la société. C’est semer en lui les graines de la conscience de la grandeur et de l’action de Dieu.

Offrir aux enfants qui t’entourent des livres qui parlent de Dieu, de Jésus, des personnages et des histoires de la Bible, c’est assurément les préparer à devenir des personnes mieux outillées pour entrer dans l’âge adulte et dans une vie spirituelle riche.

Voici une large sélection pour tous les âges.

Si tu as un enfant dans ton entourage, voilà peut-être le meilleur service que tu pourras lui rendre aujourd’hui.

Bonne visite.

God Bless !

Pascal

Lire la Bible, c’est tellement compliqué !

Lire la Bible, c’est tellement compliqué !

Peut-on être chrétien(ne) sans lire la Bible ?

Profondément oui, je le crois.

Je le crois autant que je crois que tu ne cesses d’être le fils / la fille de tes parents, même si tu ne leur parles jamais.

Tu restes chrétien(ne). Mais alors, tu te prives d’une bonne partie de la relation. Tu te prives de savoir ce que Dieu a à te dire.

Tu te prives d’entendre sa voix.

Tu te prives des réponses qu’il a déjà pour la plupart de tes questions.

Tu restes chrétien(ne), oui. Mais avec un déficit relationnel béant.

Mais alors, comment faire lorsque lire la Bible te semble si compliqué ? Quand tu te dis que tu ne sais pas par quel bout la prendre ? Par où commencer ?

Je te donne un conseil et un seul. C’est le mien, et il est forcément différent de celui que d’autres pourront te donner.

Choisis un guide de lecture biblique, qui puisse couvrir une variété de textes à travers la Parole.

Rapidement, ces lectures vont ancrer en toi une habitude quotidienne. Et tu vas comprendre à quoi ça sert de lire la Bible.

Bon cheminement !

God bless !

Pascal