Quel est le point commun entre un pasteur et une maman ?

Quel est le point commun entre un pasteur et une maman ?

On va commencer par une devinette, qui n’est pas une blague.

Quel est le point commun entre la plupart des pasteurs et la plupart des mamans ?

A trop vouloir aider les autres, ils s’oublient eux-mêmes et ignorent leurs propres besoins.

Je t’avais dit que ce ne serait pas une blague.

Observe le nombre de burn outs ou dépressions chez les mamans et chez les pasteurs, tu comprendras.

Aux Etats-Unis, 50% des pasteurs abandonnent dans leurs 5 premières années de ministère. 10% seulement tiennent jusqu’à la retraite.

Mais une maman, ça ne peut pas dire “Je n’en peux plus, j’arrête et je fais autre chose”.

Les mamans d’aujourd’hui sont sollicitées à un point jamais atteint, en même temps que nos modes de vie et de consommation affaiblissent nos organismes. Il n’est pas anodin que des groupes, des communautés de mamans se forment ici ou là pour s’épauler et se serrer les coudes.

Tu es concernée ?

Parmi les solutions existantes, je t’en propose une qui fonctionne assurément :

déplacer ton focus.

Décider que ta priorité du jour ne sera pas ni ton job, ni la lessive, ni les papiers à remplir.

Mais décider que la chose la plus importante aujourd’hui, ce sera ce moment privilégié que tu vas passer avec Dieu. Ce temps d’intimité, seule à seul, où tu vas te mettre à l’écoute de Celui qui connaît déjà tout le contenu de ton planning.

Si tu es concernée par la question du surmenage maternel, ou si tu connais une maman concernée dans ton entourage, je veux vraiment te recommander cet ouvrage, plein de bons conseils, de bienveillance et de témoignages. Sa lecture va t’aider à repenser ton quotidien sous un angle biblique, pour vivre mieux les choses, et t’éviter de craquer.

Ce n’est pas la Bible. Mais c’est une application pratique inspirée d’elle et orientée spécifiquement pour les mamans.

Bonne lecture,

God bless,

Pascal

Tu préfères le faire à la cave ?

Tu préfères le faire à la cave ?

Si tu es comme moi,

tu es une personne qui a besoin de changements réguliers dans la stabilité : une base sûre, et une diversité de moyens d’actions.

Je change régulièrement de manières de passer du temps avec Dieu.

Parfois, c’est dans mon salon. J’ai eu des périodes où je préférais me mettre à la cave. Quand vient le printemps, j’apprécie l’extérieur. Souvent, j’aime prier dans mon bureau. Je l’ai beaucoup fait aussi en pédalant sur mon vélo d’appartement. Occasionnellement, il m’est arrivé d’écouter la Bible en version audio.

Le matin, c’est pour moi le meilleur moment. Mais parfois, la pause de midi, ou le soir sont plus appropriés.

Je prends parfois 3 heures et parfois 3 minutes.

En fait, il n’y a pas une seule bonne manière de faire.

Mais il existe des “trucs et astuces” pour bien vivre son culte personnel et en faire un vrai moment privilégié avec Dieu.

Que tu sois de ceux qui ont besoin d’établir le même rituel toute leur vie, ou de ceux qui s’épanouissent dans le changement, il est nécessaire de savoir tirer le meilleur parti de ce temps mis à part.

Le Pasteur Emmanuel Maennlein, que je t’avais déjà présenté dans le passé – a développé une nouvelle formation vidéo vraiment pertinente pour bien vivre le culte personnel. Il en parle plus en détail dans la vidéo présentée ici.

Bon visionnage,

God bless,

Pascal

Elles sont tombées de ses yeux !

Elles sont tombées de ses yeux !

C’est arrivé il y a 3 jours.

Un de mes amis m’appelle.

“Pascal, ça y est, je ne vais plus t’embêter très souvent !”

Bon, d’une, il ne m’embêtait pas.

Mais surtout, il avait comme découvert le graal.

Depuis des années, il était empêtré dans des soucis pour lesquels il ne voyait pas d’issue. Il pensait n’avoir le choix qu’entre de mauvaises solutions, dont aucune ne semblait vraiment moins mauvaise que l’autre. Et le status quo le rongeait de l’intérieur.

“C’était là, devant mes yeux, et je le voyais pas !”. L’exaltation d’un sentiment de liberté retrouvée !

Alors je lui ai demandé : “Tu as remarqué à quel point les choses sont allé vite depuis que tu marches avec Dieu ? Depuis que tu as renoué ta relation avec lui ?”

“Bah oui, c’est comme si des écailles étaient tombées de mes yeux. J’ai prié et les choses se sont révélées, comme une évidence !”

Voilà. C’est là que ça se passe.

Dans l’intimité avec Dieu.

Si tu alimentes ta relation avec lui, il va te le rendre ! Bien plus que tu ne l’imaginais.

Alors aujourd’hui, j’ai un cadeau à t’offrir. Je me suis entretenu avec un autre ami cette semaine, Romain Lagache. En fait, je ne le connaissais jusque là que par personne interposée.

Romain dirige un ministère nommé Jésus Identité. Il veut inviter les chrétiens à aller plus en profondeur dans leur intimité avec Jésus.

Alors quand il m’a dit qu’il voulait offrir un e-book, j’ai regardé ce que c’était (pour pas te mettre n’importe quoi sous les yeux). Et j’ai dit OK.

Ce sont 12 témoignages inspirants, qui vont te donner envie d’avancer davantage avec Jésus.

C’est cadeau, tu as juste à cliquer sur “télécharger”.

Lis-le et envoie le lien à tes amis : ça leur fera du bien.

Et je serai tellement heureux de voir que toi, eux, puissiez dire aussi “C’est comme si des écailles étaient tombées de mes yeux.”

God bless,

Pascal

Foi de volaille…

Foi de volaille…

Comme je l’ai évoqué dans une précédente Pensée, j’ai quelques poules dans mon jardin.

Cinq poules qui ont un enclos assez grand pour qu’elles puissent gambader joyeusement et nous fournir chaque jour 3 ou 4 oeufs, parfois 5.

Les poules se nourrissent de graines et de la plupart de nos déchets alimentaires. Epluchures, gras de jambon, trognons de fruits, feuilles de salades défraîchies : elles nous transforment tout ça en oeufs.

Et les poules, ça mange tout le temps. Ca n’est quasiment jamais rassasié. Tant que tu leur donnes, elles mangent.

Leur enclos n’est pas très loin de la porte-fenêtre de la cuisine et de la porte d’entrée de la maison. 

Ce qui fait que chaque fois qu’on a quelque chose à leur donner, on est devant leur enclos en quelques pas. Chaque fois qu’on entre ou qu’on sort de la maison, on passe devant elles.

Et chaque fois qu’elles nous voient, elles se précipitent vers nous dans l’espoir qu’on leur donne quelque chose.

Elles restent le plus souvent du côté de l’enclos où on leur donne à manger. Mais si elles s’éloignent, où qu’elles soient dans leur enclos, quoi qu’elles fassent : elles cavalent dès qu’elles nous entendent.

J’aimerais te dire que j’ai avec Dieu la même attitude que les poules avec moi. Mais ce n’est pas vrai. Tellement souvent, il a quelque chose de bon à me donner, et je reste allongé sous la haie. Il a une assiette pleine de bons gros morceaux, mais je suis trop occupé à chercher une fourmi. Il sort avec de beaux fruits frais mais je ne veux pas être dérangé pendant que je nettoie mes plumes.

Aujourd’hui, je prie que Dieu fasse grandir en toi et en moi, la même faim permanente et insatiable. La même disponibilité immédiate et indiscutable. J’aimerais que même les miettes de la Parole, les plus petits fragments, puissent provoquer chez moi une avidité absolue.

God bless,

Pascal

Tu penses lâcher l’affaire ?

Tu penses lâcher l’affaire ?

Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de te lasser dans la prière ?

D’avoir prié deux fois, trois fois, vingt fois pour un sujet et finalement de lâcher l’affaire ?

Imagine-toi un instant avec un marteau et un rocher à casser.

Le premier coup, tu mets toute ta force, mais ton rocher n’a pas frétillé.

Deuxième coup à fond, aucun signe de faiblesse. Dixième coup, toujours rien. Tu continues, tu recommences encore et encore.

Et au cinquantième coup, soudainement, la roche se fend en deux.

Lequel de ces coups a brisé la roche ?

La prière fonctionne de la même manière.

Il arrive que parfois, Dieu réponde à ta prière instantanément. Mais d’autres fois, c’est ta persévérance dans la prière, avec patience et détermination, qui va te faire voir des résultats.

C’est aussi ce qu’il se passe dans le combat spirituel. L’ennemi plie rarement la première fois où tu te manifestes. Mais la première fois, il commence déjà à voir qu’il n’est pas seul et qu’une résistance se prépare.

L’endurance dans la prière, ça s’apprend, et je te présente ici plusieurs ressources pour t’y aider.

Au fil des coups de marteau, il s’est passé des choses à l’intérieur de la roche, que tu ne pouvais pas voir, ni peut-être même ressentir. Quelqu’un passant par là alors que tu venais de frapper ton 49ème coup, aurait très bien pu ne pas avoir la moindre idée de ce qui était en train de se passer dans le rocher.

Ta prière ne te semble pas donner de résultat ?

Ca ne veut pas dire que rien ne se passe…

Ne lâche pas l’affaire.

God bless,

Pascal

Lire la Bible, c’est tellement compliqué !

Lire la Bible, c’est tellement compliqué !

Peut-on être chrétien(ne) sans lire la Bible ?

Profondément oui, je le crois.

Je le crois autant que je crois que tu ne cesses d’être le fils / la fille de tes parents, même si tu ne leur parles jamais.

Tu restes chrétien(ne). Mais alors, tu te prives d’une bonne partie de la relation. Tu te prives de savoir ce que Dieu a à te dire.

Tu te prives d’entendre sa voix.

Tu te prives des réponses qu’il a déjà pour la plupart de tes questions.

Tu restes chrétien(ne), oui. Mais avec un déficit relationnel béant.

Mais alors, comment faire lorsque lire la Bible te semble si compliqué ? Quand tu te dis que tu ne sais pas par quel bout la prendre ? Par où commencer ?

Je te donne un conseil et un seul. C’est le mien, et il est forcément différent de celui que d’autres pourront te donner.

Choisis un guide de lecture biblique, qui puisse couvrir une variété de textes à travers la Parole.

Rapidement, ces lectures vont ancrer en toi une habitude quotidienne. Et tu vas comprendre à quoi ça sert de lire la Bible.

Bon cheminement !

God bless !

Pascal

Éloge d’une aberration diététique

Éloge d’une aberration diététique

J’en suis fou.

Je suis absolument dingue du lait concentré sucré. Depuis mon enfance, ce goût et cette texture m’ont toujours plu. J’ai élaboré des stratégies pour en tirer le meilleur parti.

Pour qu’il soit bon, il faut qu’il ait passé au minimum 5 heures au frigo. Et pour être encore meilleur, le fin du fin, c’est de mettre le pot au moins deux heures au congélateur. Quand tu le sors, il est parfait. Il reste crémeux parce qu’il n’arrive pas à durcir, il ne coule pas quand tu y plonges la cuillère.

Voir le pot me met des étoiles dans les yeux et de la mauvaise graisse le ventre. Je n’ose même pas te dire l’espérance de vie moyenne d’un pot d’1 kg dans ma cuisine.

Un pur délice.

Et toi, qu’est-ce qui te rend fou/folle comme ça ? Quel est le truc qui te fait frétiller les narines rien qu’en y pensant ? Le chocolat ? Ton chat ? Le jardinage ? Une partie de tennis ? La visite des petits-enfants ? La tarte au maroilles ? Les feux de l’amour ?

Le psaume 37 nous demande “Fais de l’Eternel tes délices”. Est-ce que la perspective de passer du temps avec Dieu te fait frissonner plus que le lait concentré ou la tarte aux quetsches de ta grand-mère ?

Question de priorités ! Qu’as-tu décidé de placer au premier rang ?

Dans la vidéo qui suit, j’ai sélectionné un extrait de film qui montre l’importance de décider de ce qu’on met à la première place.

C’est concret.

C’est valable pour toi.

Et ça peut transformer littéralement ta vie et celle des gens autour. (Et en plus, ça fait pas grossir).

Jette un oeil ici, l’extrait figure dans la vidéo.

God bless,

Pascal

Non, toutes les prières ne plaisent pas à Dieu !

Non, toutes les prières ne plaisent pas à Dieu !

En déplacement à la Réunion, je discutais avec le pasteur Samuel Grondin, qui m’a dit une chose vraiment surprenante : “il n’y a aucune puissance dans la prière !”. Il me disait que, de toutes façons, tous les fidèles de toutes les religions prient. Il n’y a pas de puissance dans la prière.

Ca te surprend aussi ?

Alors si la puissance n’est pas dans la prière, elle est où ?

Dans le nom de Jésus !

Si ta prière n’est pas dans la volonté de Dieu, si elle n’est pas l’expression d’un coeur qui recherche la gloire de Dieu, alors ta prière n’a aucune puissance !

Le meilleur exemple ?

Jésus lui-même !

Tu ne peux pas douter que Jésus priait d’une manière conforme à la volonté du Père, n’est-ce pas ?

Et qu’a-t-il fait ?

Il t’a dit “Voici donc comment vous devez prier.” Interpellant, non ?

La fiche de route est là.

Et dans cette fiche de route, qu’est-ce que tu lis ? Que tout le modèle qu’il t’a donné est d’abord orienté vers Dieu : “Que TON nom […] Que TON règne […] Que TA volonté […], …”

Et qu’ensuite seulement, il est orienté vers toi : “Donne-NOUS […], Pardonne-NOUS […], Délivre-NOUS […], …”

Dieu d’abord. Dieu à la première place. Sa gloire en premier.

Et ça ? Ce n’est qu’une toute petite partie de ce que tu as à découvrir dans le Notre Père.

Si tu aimes être guidé pour prier, avoir des pistes de réflexion, ou de méditation, connaître plus intimement la prière qui plaît à Dieu, je t’invite à aller un peu plus loin en regardant de ce côté. Il y a des choses vraiment passionnantes à découvrir.

Tu vas pouvoir découvrir des solutions qui, bien utilisées, vont littéralement changer ta relation avec Dieu, avec les autres, et avec toi-même. Un tremblement de terre.

Rien de moins.

On se retrouve juste ici.

God bless,

Pascal

S’il fallait n’en choisir qu’une seule…

S’il fallait n’en choisir qu’une seule…

Je rencontre des gens qui viennent d’un peu toutes les dénominations.

Les réformés, les charismatiques, les pentecôtistes, les catholiques, les baptistes, les adventistes, les apostoliques… J’ai des amis dans toutes ces familles d’églises, et je pense que la fête au ciel sera suffisamment sympa et longue pour que nous ayons tout le temps de nous amuser des chamailleries que nous avions ici-bas.

Et chacun a une façon de prier qui lui est propre.

Les uns récitent. Les autres hurlent. Certains murmurent. Il y en a pour qui une prière n’en est pas une si elle ne contient pas certains mots-clés. Ou si elle n’atteint pas la durée règlementaire. Ou alors, si elle ne suit pas strictement telle structure.

Prier est plus puissant si l’on jeûne, si l’on prie en groupe, si l’on forme une chaîne de prière.

Quelques-uns préfèrent prier dans la nature, debout, assis, à genoux, au volant, dans l’église, dans leur chambre, … Bref !

Ce qui est sûr, c’est qu’il existe un modèle de prière, qui nous a été donné par Jésus lui-même : le Notre Père.

Là-dessus, on est à peu près tous d’accord.

Et si c’est Jésus qui nous l’a donné, ce n’était pas pour nous donner un machin qui ferait de l’à peu près.

Il nous a donné le top.

La crème de la crème.

Le gâteau et la cerise. Et le supplément chantilly.

Et même le nappage caramel beurre salé. Et le supplément noix de pécan.

Tu m’as compris.

S’il n’y avait qu’un seul modèle à suivre, ce serait le Notre Père.

Alors mon ami Eric Célérier a potassé un peu le sujet. Et il en a sorti quelque chose qui va pouvoir t’aider VRAIMENT au quotidien.

C’est très simple. Ca se passe ici

Et quand tu auras appliqué ça, tu seras sûr de ne pas te tromper.

Je peux t’en parler avec confiance : j’ai modestement travaillé sur son projet, et, en toute humilité, je le trouve… très bon.

God bless,

Pascal

Je me sens seul…

Je me sens seul…

Ca t’est déjà arrivé ?

Tu vois autour de toi, dans ton église, dans ta famille, des gens qui prient par deux ou trois. Et tu as l’impression que leur prière est plus forte quand ils se mettent ensemble.

Et c’est vrai, il y a une puissance particulière dans l’unité : “là où deux ou trois s’unissent en mon nom, Je suis au milieu d’eux”.

Mais toi… Soit tu as l’impression que personne ne veut prier avec toi, soit tu ne te sens pas à l’aise pour prier avec quelqu’un.

C’est ton cas ? Tu n’es pas seul(e) !

A double titre.

D’abord, beaucoup de gens éprouvent la même sensation. Ils estiment que la prière, c’est trop intime pour être partagé. A certains égards, c’est juste : on a aussi besoin de ce temps seul à seul avec Dieu, de face-à-face, Père et enfant. Ce temps-là est bon et fécond, et je veux t’encourager à le vivre de la manière la plus efficace possible. De nombreux conseils se trouvent ici.

Ensuite, tu n’es pas seul(e), parce que Christ prie avec toi.

Sois-en certain(e) : lorsque tu pries, Jésus se tient aux côtés du Père, et il prie avec toi.

Il t’accompagne d’autant mieux qu’il t’a donné un modèle parfait pour t’adresser à son Père.

Et ce modèle parfait, tu peux le suivre, te l’approprier, et le reproduire à l’infini.

Crois-moi, si jamais tu te sentais un peu seul dans la prière, tu verras à quel point cette solitude est en fait la source d’une intimité profonde et pleine de richesse. Des bénédictions découlent de cette relation personnelle avec ton créateur. Prépare-toi à vivre quelque chose de grand que personne ne pourra jamais t’ôter. Tu vas te régaler ! Prêt à découvrir çà ? Rendez-vous ici !

God bless,

Pascal