Nous ne sommes pas d’accord sur tout. Mais…

Nous ne sommes pas d’accord sur tout. Mais…

J’ai été contacté par mon amie Elisabet.

Elle gérait un projet de clip participatif pour la chaîne Youtube Inspir TV.

Le thème ? L’unité des chrétiens.

C’est un sujet qui me tient à coeur. Aujourd’hui.

Parce que je dois t’avouer que ça n’a pas toujours été le cas. Il y a quelques années, tu m’aurais parlé des catholiques, c’était une autre chanson. Je t’aurais dit que nous sommes frères et soeurs, tout en pensant que les évangéliques étaient quand même plus frères et soeurs que les autres.

Et puis j’ai vécu quelque chose durant lequel je me suis senti très proche de certains catholiques, beaucoup plus proche que certains de ma “famille protestante”.

J’ai vu Dieu agir, vraiment, dans des milieux assez éloignés du mien.

Alors j’ai envoyé valser mon esprit de clocher, et j’ai reconnu à quel point ce qui m’unissait aux autres familles chrétiennes était plus fort que ce qui nous séparait.

Et je vais très bien, merci.

Bien sûr, nous ne sommes pas d’accord sur tout. Il y a des points que je ne suis pas prêt à promouvoir. Et c’est passionnant, parce que ça nous donne plutôt des discussions du style : “Ah oui ? et comment il fait Dieu chez toi ? et comment tu le comprends ce texte ? moi, je le comprends comme ça…”.

Et l’autre m’enrichit, m’interpelle, fait parfois bouger mes lignes, et me donne l’occasion de partager mon propre vécu.

Je sais que les églises évangéliques sont pleines de déçus du catholicisme. Je sais aussi que d’anciens évangéliques se tournent vers l’église catholique.

Alors quand Elisabet m’a demandé si je voulais participer au projet, c’est immédiatement que lui ai dit un grand OUI.

Sur ce même sujet, voici deux ressources que je souhaite te conseiller.

La première est un livre sur le thème de l’unité des chrétiens.

La seconde est le CD contenant la chanson “Les murs de division” utilisée dans le clip.

God bless,

Pascal

Ce moment de joie pure…

Ce moment de joie pure…

J’ai passé dix années au conseil de mon église,

dont six comme secrétaire.

Cela veut aussi dire dix Assemblées Générales Ordinaires, dont six pour lesquelles j’avais la responsabilité de rédiger le compte-rendu.

Les Assemblées Générales, c’est ce moment de joie pure où les gens en profitent une fois par an pour dire ce qu’ils n’ont pas osé dire pendant toute l’année (il fallait bien au moins une vertu à ces réunions exemplaires au royaume de l’ennui).

Sais-tu ce qui revient le plus souvent (et, selon les échanges que j’ai pu avoir, c’est le cas dans BEAUCOUP d’églises) ? Le truc qui, quoi que tu fasses, n’arrivera jamais à contenter toute l’assemblée ?

Ce n’est pas la profondeur théologique des prédications. Ni la position de l’église sur la seconde venue de Jésus.

Ni même la cravate du pasteur.

C’est le temps de louange et d’adoration.

C’est toujours trop fort pour les uns, jamais assez pour les autres. Le répertoire est trop ringard, ou alors on ne connaît pas les chants. Trop mou, trop rythmé. On n’arrive pas à suivre, on s’endort. Et pourquoi vous avez accepté machin dans le groupe de louange, et on aime beaucoup bidule mais pourquoi c’est toujours elle au micro ? Tout le monde ou presque a quelque chose à dire sur la louange.

Pourtant, si tu es conducteur(rice) de louange, musicien(ne), chantre, etc., il y a des astuces très simples – mais qui nécessitent une certaine discipline – pour arriver à faire de la louange un moment harmonieux qui amène vraiment l’assemblée dans une attitude où elle peut pleinement louer et adorer son Seigneur.

Je te recommande à ce sujet :

“Ce n’est pas parce que l’on maîtrise tous les aspects techniques relatifs à notre service que l’on peut se permettre de négliger notre condition spirituelle. Recherchons toujours la profondeur. La prière, l’étude de la Parole et l’écoute de Dieu doivent faire partie de nos standards. Si nous n’avons pas envie de louer Dieu et d’apprendre à le connaître, pourquoi ceux qui nous voient sur l’estrade le dimanche matin auraient envie de le faire ?”

Voilà voilà… Bonne visite et bonnes lectures,

God bless,

Pascal