107 ans plus tard…

Le 24 avril est comme chaque année un jour très particulier pour toutes les personnes d’origine arménienne.

A partir de 1913, l’Empire Ottoman était alors dirigé par un triumvirat composé du Ministre de l’Intérieur Talaat Pacha, du Ministre de la Guerre Enver Pacha, et du Ministre de la Marine Djemal Pacha.

Le 24 avril 1915, sur l’ordre du Ministre de l’Intérieur, environ 250 intellectuels arméniens de Constantinople (aujourd’hui Istanbul) étaient arrêtés puis immédiatement assassinés. Dans les jours suivants, ce sont plus de 2.000 autres notables de la communauté arménienne qui subirent le même sort : des ecclésiastiques, des éditeurs, des journalistes, des avocats, des enseignants, des artistes, des hommes politiques. 

Cet événement marque le point de départ du génocide arménien, orchestré par ce trio dirigeant, qui se soldera par l’extermination des deux tiers de la population arménienne de ce qui est aujourd’hui la Turquie.

Chaque année, je participe aux défilés commémoratifs en France, dans les villes où je me trouve. 107 ans plus tard, je suis sur place, en Arménie.

Pour autant, tout en étant pleinement arménien, je suis aussi pleinement français.

Et en tant que Français, la question des élections présidentielles qui se déroulent aujourd’hui non seulement m’intéresse, mais me concerne.

Les génocides, les guerres, les conflits armés sont le plus souvent décidés par les dirigeants des nations, portés ou non au pouvoir par le peuple.

Aujourd’hui, le peuple de France élit son (sa) nouveau (nouvelle) président(e), qui sera chargé de conduire le pays pour les 5 années à venir. Il ou elle portera aussi le titre de “Chef des armées”.

En ce jour si particulier, je t’invite donc à t’approprier cette requête de l’apôtre Paul lorsqu’il dit en 1 Timothée 2:1-3 :

“J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur.” 

God bless,

Pascal

Continue Reading

Mon bébé

Au cours de mes nombreuses années de service, j’ai promu quelques milliers d’articles qui parlent de Dieu ou aident les gens dans leur relation avec Dieu.

Mais je n’ai édité qu’un seul livre.

C’était il y a 3 ans.

Eric Célérier avait déjà quitté la direction du Topchrétien qu’il avait fondé. Il avait aussi transmis la rédaction d’Un Miracle Chaque Jour.

Là, il venait de sortir un guide vidéo pour aider les personnes à prier, et il nous avait confié l’édition de la version imprimée.

J’ai beaucoup travaillé dessus, ainsi que mes collègues Stef et Anneline. J’avais également fait appel aux services de Myriam Callec pour la gestion du projet, parce qu’il était assez atypique.

Alors on a réfléchi à la bonne manière de le présenter, et on est arrivés à un concept original hybride, dans lequel le livre, le multimédia et le lecteur se répondent mutuellement.

On a placé des QR Codes avec des liens qui renvoient vers des clips musicaux et vers la version vidéo.

On a laissé des pages blanches après chaque chapitre pour pouvoir ajouter ses notes personnelles.

On a mis des dizaines de citations un peu partout, certaines tirées de la Bible, d’autres provenant d’auteurs plus récents.

Et ainsi, on a mis en valeur cet ouvrage de façon unique.

Si tu fais partie des personnes qui ont du mal à prier, qui ont besoin d’une structure et qui aimeraient compléter leur temps de prière avec de la musique et des vidéos, alors assurément, ce qu’on a fait là est prévu pour toi.

Même si je n’en suis pas l’auteur, ce livre est aussi un peu “mon bébé”. Mais il est appelé à devenir le tien.

Articulé autour de la prière du Notre Père, c’est un outil auquel je suis très attaché, et qui est précieux pour apprendre à prier.

Je te le présente ici, jusqu’à ce soir, 23h59 >>

God bless,

Pascal


PS : Tu souhaites recevoir la pensée de Pascal par email chaque matin ? Inscris-toi ici >>

Continue Reading

Une mine d’or !

Il n’existe pas à proprement parler de puissance particulière dans la prière.

Les croyants de toutes les religions prient, et cela ne donne le plus souvent pas de résultat tangible. Ce n’est donc pas dans la prière que réside la puissance.

Mais dans le nom de Jésus-Christ lui-même !

Si la prière formulée n’est pas dans la volonté de Dieu, si elle n’est pas l’expression d’un cœur qui recherche la gloire de Dieu, alors la prière n’a aucune puissance !

Le meilleur exemple en la matière nous est donné par le Christ lui-même !

Nul chrétien ne peut douter que Jésus priait d’une manière conforme à la volonté de son Père. Et comment priait-il ? Il nous l’a dit juste avant de dévoiler la prière du Notre Père : “Voici donc comment vous devez prier.”

La feuille de route est là, dans la prière du Notre Père.

Et dans cette feuille de route, Jésus organise sa prière en 2 grandes parties :

  • D’abord, il oriente sa prière vers Dieu : “Que TON nom […] Que TON règne […] Que TA volonté […], …”
  • Ensuite seulement, il l’oriente vers nous-mêmes : “Donne-NOUS […], Pardonne-NOUS […], Délivre-NOUS […], …”

Dieu d’abord. Dieu à la première place. Sa gloire en premier.

Ensuite, observe chaque portion de ce texte.

  • Commence par le mot “Notre” : que revêt-il ? Que dit-il de la vie communautaire ? Du sentiment d’appartenance ?
  • Continue avec le mot “Père” : que couvre cette notion ? La majuscule a-t-elle un sens particulier ? Quelle différence entre un père terrestre et le Père parfait décrit dans la Bible ?
  • “Que ton nom” : de quel nom s’agit-il ? Qu’a-t-il de plus ? Que porte-t-il en lui ?
  • “Soit sanctifié” : qu’est-ce que cela signifie ? Comment cela se peut-il ?

Et lorsqu’on rentre dans les sujets personnels, alors les questions et réflexions appellent au changement sur des domaines vastes de nos vies.

Veux-tu en savoir davantage sur les secrets cachés au cœur du Notre Père ?

Alors regarde ici avant demain soir, cette prière peut transformer ta vie de prière >>

God bless,

Pascal


PS : Tu souhaites recevoir la pensée de Pascal par email chaque matin ? Inscris-toi ici >>

Continue Reading

Pour mettre en place le système

Je me suis souvent lancé des défis.

De tout ordre.

Certains très sérieux, d’autres très ludiques, d’autres totalement inutiles. Juste pour le challenge.

Mais à force de défis jamais réussis, j’ai compris que ce n’était pas tout de se donner un défi, encore fallait-il un objectif.

Alors je me suis fixé des objectifs.

Ça marchait mieux.

Mais j’ai remarqué autre chose.

Quand l’objectif était trop lointain, trop ambitieux, je ne l’atteignais jamais, parce que je me décourageais avant.

Alors, j’ai commencé à me fixer des objectifs atteignables, avec des dates pas trop lointaines.

Et là, j’ai commencé à voir du résultat.

Ça marche pour les défis sportifs, alimentaires, professionnels.

Mais aussi spirituels.

Si par exemple tu as du mal à prier, et que tu te dis : “bon, à partir de maintenant, je me  prends en main, je vais commencer par prier 5 minutes tous les jours”, quelques-uns tiendront bien sûr. Mais la plupart vont rapidement lâcher.

Pourquoi ?

Parce que, pour démarrer cette hygiène de vie spirituelle, tu ne t’es donné ni de moyens ni d’objectifs. Et en leur absence, même 5 minutes vont te paraître une éternité !

En revanche, si tu te dis : “j’ai du mal à prier, je vais accepter un peu d’aide pour me structurer, et je me donne 3 semaines pour prendre cette bonne habitude”, eh bien là, il y a de bonnes chances que tu voies du résultat, et que tu commences à enclencher la machine de la bonne habitude.

Ne me demande pas pourquoi, c’est notre Créateur qui nous a calibrés comme ça.

Ça, ça permet de mettre en route le système.

Et puis après, une fois qu’il est en route, il n’y a plus qu’à l’entretenir. Éventuellement en fixant d’autres objectifs atteignables. Jusqu’à ce que ça devienne une routine et quelque chose que tu vas faire sans avoir besoin de te forcer.

C’est aussi simple que ça.

Ce petit coup de pouce pour le démarrage, je te le présente ici, jusqu’à vendredi soir >>

God bless,

Pascal


PS : Tu souhaites recevoir la pensée de Pascal par email chaque matin ? Inscris-toi ici >>

Continue Reading

Les vigiles et les maîtres-chiens

C’était au cours des jours qui précédaient Noël 2001.

J’avais 23 ans, j’étais directeur stagiaire d’un supermarché.

Quelques jours plus tard, la France allait adopter l’Euro en remplacement du Franc.

Notre magasin avait déjà reçu un gros stock de billets et de pièces en euros, puisqu’à compter du 1er janvier, la consigne était donnée aux magasins de recevoir les paiements des clients en francs, mais de leur rendre la monnaie en euro, pour progressivement retirer les francs de la circulation.

En ces jours qui précédaient Noël, l’affluence battait son plein.

Les coffres-forts de notre magasin – et de tous les grands commerces – étaient pleins à craquer d’argent dans les deux monnaies.

Ces circonstances exceptionnelles avaient engendré une recrudescence des braquages à main armée.

Notre magasin était situé en bordure d’un rond-point où se situaient 3 autres grandes surfaces.

Les 3 autres magasins du rond-point avaient tous été braqués dans les jours précédents, dont un avec séquestration du directeur.

Autant dire que chez nous, en salle de pause, le personnel n’en menait pas large.

Nous avions embauché des vigiles supplémentaires, dont des maîtres-chiens, chargés de surveiller le parking.

Mais nos vigiles étaient récemment arrivés d’Afrique, et il devait faire -15°C.

Ni eux, ni les chiens ne pouvaient supporter de rester dehors par de telles températures, alors ils restaient dans leur voiture !

J’avais beau les réprimander… la réalité, c’est qu’à ces températures, on ne reste pas dehors.

Alors j’ai prié comme jamais pour notre protection.

Nous étions clairement les prochains sur la liste.

Et notre protection ne pouvait pas être correctement assumée par ceux à qui nous l’avions confiée.

Je peux témoigner que j’ai vécu pendant ces jours-là une protection et une paix surnaturelle.

Le personnel avait peur, vraiment.

Mais j’étais en paix.

Parce que ma protection venait de plus haut que les vigiles et les maîtres-chiens.

En cette journée où nous nous apprêtons à célébrer la naissance de notre sauveur, je reconnais dans cet humble enfant, né dans une mangeoire, ce Dieu protecteur qui nous délivre de nos agresseurs et nous protège des circonstances périlleuses.

God bless,

Pascal


PS : Tu souhaites recevoir la pensée de Pascal par email chaque matin ? Inscris-toi ici >>

Continue Reading

J’avais vu juste !

La semaine dernière, je recevais un message d’une ligne sur Messenger, de Carlos Payan.

“As-tu 5 min à m’accorder ?”

Carlos est pasteur, missionnaire, organisateur de nombreux rassemblements de prière et de guérison dans l’unité chrétienne.

De deux choses l’une.

Soit Carlos s’est fait pirater son compte Messenger et, si je réponds, on tentera de me convaincre de virer une somme d’argent dans la plus grande discrétion (j’ai déjà reçu plein de messages de ce genre).

Ce n’était pas ça.

Donc 2ème hypothèse : quand un pasteur te demande 5 minutes, tu sais que ça va te prendre “un peu” plus.

J’avais vu juste.

“Pascal, avec Said Oujibou et notre association Paris Tout est Possible, on a vraiment envie de soutenir l’Arménie en ce moment. Tu es d’origine arménienne, je me trompe pas ?”

Et donc Carlos me demande si je veux bien être l’un des intervenants pour la soirée spéciale de prière qu’il veut organiser en faveur de l’Arménie.

A vrai dire, sa demande ne m’a pas beaucoup surpris. Car il y a 3 mois de ça, j’avais reçu une prophétie qui allait dans ce sens.

De tout mon coeur, je t’invite donc à te joindre à cette soirée spéciale d’intercession et de soutien au peuple arménien. Dans ces heures critiques qu’il est en train de vivre, planent le souvenir et les vieux démons du génocide de 1915.

Il n’y aura pas de discours politique ni rien à vendre. Le message est ouvert aux chrétiens de toutes dénominations, appelés à s’unir dans la prière, en faveur d’un de ses membres qui souffre.

Cela se passera en direct ce mercredi 14 octobre de 20h30 à 22h (heure de Paris), en cliquant directement sur ce lien.

Je t’y attends,

God bless,

Pascal

Soutien et Partenaires :

Paris Tout Est Possible / AIMG France / France Prière / ABRI-VCF / AIOE-Francophonie / eXcaléo / UNACF / RNC-Francophonie / CHREDO

Continue Reading

Tu préfères le faire à la cave ?

Si tu es comme moi,

tu es une personne qui a besoin de changements réguliers dans la stabilité : une base sûre, et une diversité de moyens d’actions.

Je change régulièrement de manières de passer du temps avec Dieu.

Parfois, c’est dans mon salon. J’ai eu des périodes où je préférais me mettre à la cave. Quand vient le printemps, j’apprécie l’extérieur. Souvent, j’aime prier dans mon bureau. Je l’ai beaucoup fait aussi en pédalant sur mon vélo d’appartement. Occasionnellement, il m’est arrivé d’écouter la Bible en version audio.

Le matin, c’est pour moi le meilleur moment. Mais parfois, la pause de midi, ou le soir sont plus appropriés.

Je prends parfois 3 heures et parfois 3 minutes.

En fait, il n’y a pas une seule bonne manière de faire.

Mais il existe des “trucs et astuces” pour bien vivre son culte personnel et en faire un vrai moment privilégié avec Dieu.

Que tu sois de ceux qui ont besoin d’établir le même rituel toute leur vie, ou de ceux qui s’épanouissent dans le changement, il est nécessaire de savoir tirer le meilleur parti de ce temps mis à part.

Le Pasteur Emmanuel Maennlein, que je t’avais déjà présenté dans le passé – a développé une nouvelle formation vidéo vraiment pertinente pour bien vivre le culte personnel. Il en parle plus en détail dans la vidéo présentée ici.

Bon visionnage,

God bless,

Pascal

Continue Reading

Foi de volaille…

Comme je l’ai évoqué dans une précédente Pensée, j’ai quelques poules dans mon jardin.

Cinq poules qui ont un enclos assez grand pour qu’elles puissent gambader joyeusement et nous fournir chaque jour 3 ou 4 oeufs, parfois 5.

Les poules se nourrissent de graines et de la plupart de nos déchets alimentaires. Epluchures, gras de jambon, trognons de fruits, feuilles de salades défraîchies : elles nous transforment tout ça en oeufs.

Et les poules, ça mange tout le temps. Ca n’est quasiment jamais rassasié. Tant que tu leur donnes, elles mangent.

Leur enclos n’est pas très loin de la porte-fenêtre de la cuisine et de la porte d’entrée de la maison. 

Ce qui fait que chaque fois qu’on a quelque chose à leur donner, on est devant leur enclos en quelques pas. Chaque fois qu’on entre ou qu’on sort de la maison, on passe devant elles.

Et chaque fois qu’elles nous voient, elles se précipitent vers nous dans l’espoir qu’on leur donne quelque chose.

Elles restent le plus souvent du côté de l’enclos où on leur donne à manger. Mais si elles s’éloignent, où qu’elles soient dans leur enclos, quoi qu’elles fassent : elles cavalent dès qu’elles nous entendent.

J’aimerais te dire que j’ai avec Dieu la même attitude que les poules avec moi. Mais ce n’est pas vrai. Tellement souvent, il a quelque chose de bon à me donner, et je reste allongé sous la haie. Il a une assiette pleine de bons gros morceaux, mais je suis trop occupé à chercher une fourmi. Il sort avec de beaux fruits frais mais je ne veux pas être dérangé pendant que je nettoie mes plumes.

Aujourd’hui, je prie que Dieu fasse grandir en toi et en moi, la même faim permanente et insatiable. La même disponibilité immédiate et indiscutable. J’aimerais que même les miettes de la Parole, les plus petits fragments, puissent provoquer chez moi une avidité absolue.

God bless,

Pascal

Continue Reading

Le nirvana évangélique ?!!

Dans un courrier adressé aux lecteurs, j’ai une fois parlé de temps de prières pendant lesquelles des images pouvaient “apparaître”.

Plusieurs personnes m’ont écrit,

dont une qui m’a dit : “Quelle chance tu as de recevoir du Seigneur ces images. Moi, j’ai tellement de peine à voir les choses….et je n’entends pas sa voix…”

Je vais peut-être te décevoir. Tu pourrais croire que j’ai un don, une capacité extra-sensorielle, un héritage de ma grand-mère qui permet ça. Que je suis un super spi, avec une très grande expérience forgée par 160 ans d’études théologiques. Quelqu’un qui touche du doigt une sorte de nirvana évangélique…

Peanuts ! Rien de tout ça !

Ce n’est pas de la chance.

C’est juste une disposition dans laquelle chacun peut se tenir, en 3 actes.

👉 Acte 1 : puisqu’il n’est limité ni dans le temps, ni dans l’espace, Dieu est présent partout et il parle tout le temps.

👉 Acte 2 : que tu le veuilles ou non, les ondes radios, existent, elles sont là où tu es, elles traversent ton espace. Pour entendre ce qui passe par les ondes, il te faut avoir le bon appareil (une radio) et te caler sur la bonne fréquence.

👉 Acte 3 : c’est pareil avec la voix de Dieu. Dieu te parle, c’est à toi de le capter. Et il y a une manière, une méthode simple pour se mettre dans la disposition de le capter.

J’ai été vraiment touché…

…par cet entretien entre mes amis Nicolas Salafranque (de la chaîne “Quoi de neuf pasteur”) et David Théry. Arrête tout, prends une heure pour écouter, et tu auras des clés très pratiques pour te mettre dans cette disposition. Même si tu n’es pas chrétien(ne) de longue date. 

Ce sera certainement l’heure la mieux rentabilisée que tu aies passé depuis trèèès longtemps.

Dans cet entretien, ils parlent d’écouter certains types de musique. Si tu n’en as pas sous la main, voici un lien parmi tant d’autres pour accompagner ce moment (prise comme ça, cette musique n’évoque peut-être rien. Mais dans une disposition de prière telle que décrite par Nicolas et David, elle va prendre tout son sens et son utilité, fais-moi confiance).

Installe-toi et écoute bien, ta vie spirituelle est sur le point de décoller. Tout de suite.

God bless,

Pascal

Continue Reading

Tu penses lâcher l’affaire ?

Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de te lasser dans la prière ?

D’avoir prié deux fois, trois fois, vingt fois pour un sujet et finalement de lâcher l’affaire ?

Imagine-toi un instant avec un marteau et un rocher à casser.

Le premier coup, tu mets toute ta force, mais ton rocher n’a pas frétillé.

Deuxième coup à fond, aucun signe de faiblesse. Dixième coup, toujours rien. Tu continues, tu recommences encore et encore.

Et au cinquantième coup, soudainement, la roche se fend en deux.

Lequel de ces coups a brisé la roche ?

La prière fonctionne de la même manière.

Il arrive que parfois, Dieu réponde à ta prière instantanément. Mais d’autres fois, c’est ta persévérance dans la prière, avec patience et détermination, qui va te faire voir des résultats.

C’est aussi ce qu’il se passe dans le combat spirituel. L’ennemi plie rarement la première fois où tu te manifestes. Mais la première fois, il commence déjà à voir qu’il n’est pas seul et qu’une résistance se prépare.

L’endurance dans la prière, ça s’apprend, et je te présente ici plusieurs ressources pour t’y aider.

Au fil des coups de marteau, il s’est passé des choses à l’intérieur de la roche, que tu ne pouvais pas voir, ni peut-être même ressentir. Quelqu’un passant par là alors que tu venais de frapper ton 49ème coup, aurait très bien pu ne pas avoir la moindre idée de ce qui était en train de se passer dans le rocher.

Ta prière ne te semble pas donner de résultat ?

Ca ne veut pas dire que rien ne se passe…

Ne lâche pas l’affaire.

God bless,

Pascal

Continue Reading